L'auberge du Dragon Rouge

L’AUBERGE DU DRAGON ROUGE

 

En plein centre de la Terrasse de la Prospérité, non loin de la place du Grand Marché, au n°16 de la rue des Trois Pucelles, se déploie fièrement l’enseigne de l’auberge, une silhouette de dragon rouge en fer forgé. L’observateur attentif, s’il n’est pas trop distrait par les camelots et vendeurs ambulants qui encombrent la rue, remarquera facilement les nombreux impacts qui ornent l’enseigne, ainsi que les trois fins poignards qui y sont suspendus.
La porte en vénérable chêne d’Agramor s’ouvre sur une vaste salle tout en longueur, meublée de grandes tables aux tabliers de pierre, bien éclairée par une grande cheminé ou rôtissent en permanence quelques poulardes.

Le client de passage est d’abord frappé par l’immense tête de dragon rouge empaillé qui trône au dessus du comptoir, puis par la collection de haches suspendues aux murs. C’est alors qu’il pourra entendre la voix de stentor du maître des lieux, Knut Mut, couvrir le brouhaha de la salle « Et une omelette de l’ogre pour la quatre ! Une ! ».
Peut être aussi, pourra t-il voir au milieu des marchands et bourgeois, quelques silhouettes plus incongrues, telle celle de Heinion le taciturne, toujours installé dos au mur à sa table du fond, un chasseur de prime, bien connu de la pègre et des fouineurs, dont la tête est mise à pris par la secte meurtrière des Bardanois.
Mais aussi celle de Jonas Hendrixson Dowland, un barde nain, adepte de musique expérimentale qui, de temps à autres, improvise des concerts, accompagne de grand riff à la bague de fer sur sa mandoline, ou bien de percussions aux marteaux. Plus rarement, on trouvera aussi la petite Fifreline, une adolescente chétive, un peu voleuse, que les tenanciers ont à la bonne.
Bien sûr, on vient surtout pour la bonne cuisine de Karla Bundy, la chère et tendre épouse de Knut, dont la spécialité, l’omelette aux œufs de zyglute, se décline en 31 variantes : de l’Ogresse, qui nourrit même un nain affamé,  à la Caresse de Dragon, parsemée de piment et de paprika et qui n’est conseillé qu’aux palais habitués, sans quoi Knut fait signer une décharge.
Les bières aussi ont leurs adeptes. Knut Mut, intarissable quand on lui parle de dragons ou de bières, vous en fera l’achalandage. Sachant que le plus sûr moyen de le vexer, et de se retrouver dehors en deux temps trois mouvements, est de lui dire « mettez moi celle que vous voulez » ou « du moment que c’est une blonde ». 
L’auberge est toujours agitée. Il y a beaucoup de passage, l’ambassade de Kaoca et la guilde des  bouchers y ont leurs habitudes, tout comme de nombreux marchands qui viennent y déjeuner après le marché.
Les familles plus bourgeoises viennent dîner en famille le soir, car ici on ne déplore jamais de bagarre. La seule et unique fois c’était peu après l’ouverture de l’auberge il y a quinze ans. Knut venait de prendre sa retraite depuis peu et une rixe générale s’est déclenchée entre un groupe de dockers et une poignée de mercenaires… Le Knut s’est mis en colère et a évacué vers le Lazaret une douzaine d’amochés souffrant de multiples fractures. Depuis, l’expression « Aussi calme que chez Knut » est restée dans la Terrasse pour désigner un endroit où il ne vaudrait mieux pas faire de casse. Enfin c’est le lieu de passage obligé de tout nain visitant Laelith (enfin, juste après la chapelle de Moradin bien sûr, au Temple de l’Oiseau de Feu). Une autre expression, propre à l’auberge, n’en révèle pas moins sur la témérité de Knut : « Bagarre chez Knut n’amasse pas mousse ! ».
Karla emploie aussi trois petites orphelines : une humaine, une félys et une gopneldaun qu’elle a recueilli au fil du temps. Elles aident la patronne en cuisine et Knut au service, et tout deux les considèrent un peu comme leurs gosses. Alors le premier client qui se permettrait un geste déplacé se retrouverait avec un gros mal de crâne. Et à ce jeu là, les poings de Knut valent bien le rouleau à pâtisserie de Karla. Enfin, ils louent aussi quatre chambres au dessus, mais en général ne les proposent qu’aux bon clients ou aux habitués. Heinion le taciturne s’y est installé à demeure.

Les Tenanciers


Knut Mut
Knut Mut en impose du haut de son mètre cinquante.
Il a beau être un peu myope, avoir les mains tavelées par la vieillesse et le visage strié de rides, sa bedaine et sa peau un peu affaissée ne masquent ni son cou de taureau, ni son poitrail encore impressionnant. Qui plus est, Knut n’est vêtu en toute saison que de ses gilets en peau de dragon (rouge, noir, vert et améthyste) qu’il ne ferme jamais. Ses cicatrices sont bien visibles, tout comme les tatouages qui dévorent ses bras. Quant à sa barbe, il a gardé l’habitude de la teindre en rouge ou bronze et de la peigner en forme de fer à cheval en y insérant, selon une esthétique douteuse, des anneaux de mailles pour ressembler au dieu qu’il révère, Clangeddin. Et puis, quand il se met à crier de sa voix puissante, ou à taper du poing sur la table, on se rend bien compte qu’en d’autres temps ce du être un combattant formidable. Il ne se bat plus certes, sa Karla lui a interdit, m’enfin s’il faut défendre ses biens, ses amis, ou sa « Karlinette », là, attention, la hache qui l’a accompagné durant plus d’une centaine d’années de combat n’est jamais très loin. Hors ça, Knut Mut est un tavernier fort sympathique, toujours prêt à raconter ses anecdotes aux clients (et il en a à la pelle). Il est bien sûr intarissable sur la bière et aussi fier de sa carrière d’aventurier que de s’être remis au métier de son père, à savoir le brassage de bière. Il travaille d’ailleurs actuellement sur une bière de sa composition : La Knut père & fils, en hommage à son aïeul.
En dehors de son travail et de sa femme, il a gardé un goût pour les armes qu’il maniait, à savoir l’arbalète et la hache qu’il collectionne encore à ses heures perdues.
Il considère les pitchounettes, qu’a recueilli sa femme, comme ses petites-filles, et veille sur elles en bon père de famille nain (prêt à en décoller une au premier qui se comporterait mal avec elles). Ses meilleurs amis sont Maître Ikniv, Heinion (parce qu’il lui rappelle ses jeunes années où il était lui même très solitaire et mal embouché) et Jonas Hendrixson qui l’amuse bien. Il lui arrive parfois de faire crédit aux aventuriers qui ont de bonnes histoires à lui raconter. Ceci dit, s’il est de bonne composition, il est bon ne pas vouloir trop abuser de sa bonté, sinon, l’ancien tueur de trolls, massacreur de géants et pourfendeur de dragons qui sommeillent en lui peuvent toujours se réveiller. 

Karla Bundi
La patronne des lieux est une naine tout en rondeur et en douceur, avec des yeux cuivrés et des macarons tressés au dessus des oreilles. Sauvée des griffes d’un troll par son Knut, elle en est tombé amoureuse et l’a persuadé à prendre sa retraite.

La secte des
Bardanois


C’est une secte d’assassins religieux affiliés au culte de Virènia aux mains rouges, un avatar de Xiombarg la reine des épées. Le culte est affilié au Temple du Crâne, et le meurtre, contre rémunération, accompli avec l’arme rituelle, un poignard d’estoc effilé, empoisonné le cas échéant. Cette secte est très mal vue des autorités de Laelith et est actuellement sur la sellette. Seul le manque de preuve, le soutien modéré du Temple du Crâne, quelques personnalités bien placées n’ayant pas d’intérêt à leur nuire pour avoir utiliser leurs services, et enfin quelques menaces par le culte, ont pu décourager quelques prévôts et fouineurs.
Cette secte est en compte avec Heinion et, par extension avec l’auberge du Dragon Rouge. En effet, après avoir subit quelques tentatives d’assassinat, Heinion a finalement été attaqué en pleine nuit alors qu’il dormait à l’auberge. Une quinzaine d’assassins ont pris d’assaut le bâtiment. Knut, ni une ni deux a réagi et s’est rangé immédiatement du côté du chasseur de prime. La bataille fit rage toute la nuit (la garde avait été corrompue), ponctuée de tir d’arbalète, de tentatives d’incendie et d’attaques par les toits…
L’aube se leva sur la défaite des assassins. Knut suspendit les six dagues à l’enseigne à titre d’avertissement, et la garde qui n’avait pas bougé de la nuit fut limogée. Depuis, la secte a juré la perte de tous les habitants de l’établissement et s’est faite un devoir de récupérer les six poignards suspendus. Ils on réussit à en décrocher trois jusqu’à maintenant, au prix de deux autres cadavres. Quant à Knut, il n’est pas du genre à apaiser le conflit. Il a pris l’attaque comme une offense personnelle, et les offenses ça n’est réglée que quand le prix du sang a été payé. Et il n’a pas encore son compte. Heureusement, comme la secte des Bardanois a été déclaré persona non grata, suite à cet événement, dans la Terrasse de la Prospérité, cela a quelques peu gelé le conflit.
Très maternelle et maternante, Karla a tout d’une maman poule, ça se sent avec Knut, avec les clients, et avec les petites qu’elle a récupéré de-ci de là. Cela la console de la grande tristesse de sa vie, le fait d’être stérile et de n’avoir jamais eu de nanillon à pouponner. Elle est extrêmement heureuse de voir toute cette vie dans l’auberge, considérant qu’elle, son mari, Heinion, Jonas, Fifreline et les trois petites forment une grande famille. Elle se sent d’ailleurs une responsabilité pour leur bien être et avec tact, sans jamais aller trop loin, et s’arrange pour veiller sur sa maisonnée.
Ainsi pourra-t-on la surprendre en train de servir une bonne semoule au lait à Fifreline (« C’est qu’elle est maigre ! »), câliner Micha, badigeonner de pâte cicatrisante les plaies des mains de Jonas après un concert trop violent, etc… Légèrement anxieuse, même si elle le cache, elle pousse souvent Knut à prendre des nouvelles de tout un chacun lorsque cela fait trop longtemps qu’elle ne les a pas vu à l’auberge.

Micha, la félys, 13 ans
Une charmante petite félys au pelage roux. Rêveuse et timide c’est certainement la plus fragile des trois jeunes filles, ayant été très tôt confronté à la violence de la rue.

Kalynka, la gopneldaun, 14 ans
Adolescente rondouillette, Kalynka est très rieuse et a une tendance notoire à la maladresse que certains clients ont déjà eu à subir. En général, Knut vous offre une bière, si jamais il y a eu un petit souci.

Cheveux d’or, 15 ans
Doté d’une magnifique chevelure, cette jeune fille commence à beaucoup attirer les regards. Elle est par ailleurs très douce et très pieuse se rendant chaque jour au Temple du Nuage. Knut est un peu embêté la concernant, il se dit bien qu’il faudrait qu’elle se marie ou quoi que ce soit, mais avec qui ? En fait la jeune fille est partagée entre ses désirs romantiques (elle rêve d’un prince charmant bien sûr) et ses aspirations religieuses.

Les Habitués


Heinion le taciturne
Heinion est un homme d’une trentaine d’années. Grand, les membres longs et puissants, son visage est enlaidi par une répugnante cicatrice qui lui dévore la joue. Le tatouage de scorpion dont on a recouvert la cicatrice, la met encore plus en valeur, tout en ayant enlevé toute esthétique au tatouage. Ses cheveux sont noirs, coupés courts ou rasés selon l’humeur, sa peau est mate et son rasage date souvent de trois ou quatre jours. Quant à ses yeux, personne ne se rappelle les avoir vu autrement que cerné de noir et de violet.
Heinion est un taciturne absolument antipathique. Il ne recherche absolument pas les contacts et n’a pas véritablement d’amis. Celui qui s’en rapprocherait le plus est Knut car il apprécie le fait qu’il ne lui pose pas de questions et que ce soit un vétéran.
Né à Laelith, Heinion s’en est éloigné quelques années avant de revenir exercer dans sa cité, la dangereuse mais lucrative profession de chasseur de primes. Il est désabusé, sombre, cynique et absolument pessimiste. Il ne croit ni aux hommes, ni aux saluts divins. Pour lui, tout n’est que rapport de force. Il a choisit de traquer les criminels pour gagner sa vie, seul vestige d’une époque où il avait encore des idéaux (adolescent il était sympathisant de la F.A.Ï).
Pour autant Heinion ne s’estime supérieur à quiconque, ni à ceux qui l’emploient, ni à ceux qu’il traque. Comme il dit bien : « mépris bien ordonnée, commence par soi-même », « chacun sa vie, chacun sa bataille, et que le moins faible gagne »…
Toutefois il n’a pas réussi à abolir entièrement ses anciennes convictions. Aussi en situation extrême il est capable de s’interposer en voyant un gamin être roué de coups, ou de flécher un violeur en train de menacer une donzelle… Et puis l’instant d’après, histoire de compenser, parce que ça lui arrache la gueule d’agir comme ça, il engueulera le môme ou la demoiselle de s’être mis eux-mêmes dans ce guêpier.
Tentant de ne penser qu’à son métier, et à la rigueur qui en découle, c’est aussi un passionné d’armes, qui en dispose une impressionnante quantité adaptée à son travail, et il est toujours curieux d’en apprendre plus à ce propos. C’est d’ailleurs un très bon client de maître Ikniv qui lui a déjà réalisé des commandes spécifiques. La dernière demande d’Heinion serait une arbalète capable de projeter un filer ou un bolas. Pour l’heure les tests ne sont guère fructueux.
Heinion est un combattant très efficace et très intelligent. Il cherche avant tout à prendre ses cibles vivantes jouant à la perfection du filet, des bolas, ou des coups bas aux jambes. Il a une petite préférence pour les armes de jet et attaque de préférence par surprise… bref, un combattant vicieux et aussi tenace que du chiendent, qui à toujours deux trois armes et gadgets sur lui, histoire de lui sauver la mise. Un seul défaut, qui est aussi un avantage, il travaille toujours seul. Ajoutons à cela qui ‘il étudie très scrupuleusement les habitudes de sa cible avant de concocter ses plans d’attaques et qu’il n’agit jamais dans la précipitation.
« Régle N°1 : Agir seul, Règle N°2 : Ne compter sur personne, Régle N°3 : Ne jamais agir gratuitement, Règle N°4 : Pour éviter les ennuis, évitez les amis ».
« Ici c’est mon espace personnel. Si tu rentres à l’intérieur tu me mets en danger. Si tu me mets en danger, je t’abats. Tu comprends ? »
« Ta vie, je m’en cogne, t’as qu’a aller chouiner dans les robes d’une pute, elles sont faîtes pour ça ».

Fifreline
Firfreline malgré ses dix-sept ans paraît a peine quatorze ans. Elle aime s’habiller de couleurs quand elle le peut en  récupérant des vêtements à droite et à gauche. Fille des rues, sa croissance fut en effet compromise par la sous-alimentation. C’est une gamine très mignonne et très vive, un peu enfantine dans ses plaisirs et sa manière de voir le monde.

Instantanés


Fort Dragon Rouge : Cette nuit, la secte de Virèna a décidé de régler définitivement ses dettes avec Knut et Heinion. Ils attaqueront en fin de service et useront de tous les moyens au fil de la nuit : assaut direct, passage par les toits ou le Cloaque en perçant une cave à une autre, tentative d’incendie… Qui plus est, lors du premier assaut, ce sera la panique. Les joueurs se rangeront-ils du côté de l’aubergiste pour une nuit d’assaut ininterrompue ? Ou prendront-ils la fuite que leur offre obligeamment les assassins, comme à tous les autres rares clients de cette heure ? Choisiront-ils l’inimitié de la secte contre l’amitié de Knut et de Heinion ?
Et puis surtout, sauront-ils capable de survivre dans une escarmouche où les assassins engageront toutes leurs forces, à savoir une trentaine de professionnels soutenus par trois prêtres ?

Vingt-quatre heures ! Si les joueurs sont des amis du patron, ils verront un soir arriver Heinion, le visage en sang et la rondache fendue. Il ira parler quelques instants avec Knut puis se dirigera vers les joueurs d’un pas sûr. « 900 po pour une journée de travail commençant maintenant et avec beaucoup de dangers, ça vous intéresse ? ». En fait Heinion a un contrat pour les têtes des frères Zachanaï, des elfes noirs venant de l’extrême-orient qui, en quelques mois, ont répandu un trafic de chrysanthème pourpre qui a causé, outre une guerre dans la pègre de la Chaussée du Lac, de nombreux décès eut égard à la violence de cette drogue. Les fouineurs, lassés de leur courir après, ont finit par mettre leurs têtes à prix et Heinion est intervenu. Il a réussit à dénicher l’un des frères, malheureusement il a appris que les deux autres s’apprêtaient à quitter la ville dans la journée, avec leur magot. L’un deux se terre avec ses sbires à la Terrasse du Châtiment, l’autre dans le Cloaque.
Vu le peu de temps, et vu que la prime ne sera versée que si les trois sont pris, Heinion a besoin d’un coup de main. Alors ? Cloaque ou Terrasse du Châtiment ? Lui ira seul, à l’endroit que n’auront pas choisi les PJ.

La chasse à la zyglute. Malheur et horreur ! Dame Karla vient d’apprendre que l’élevage de son fournisseur de zyglutes, situé bien en dehors de la ville, a été décimé par les loups. Il est hors de question qu’elle tombe en rupture de stock. Les joueurs accepteront-ils de l’aider ? Il faudra se rendre auprès de l’éleveur à Sinamari, un village vivotant au sein des Marais des Languissants, au sud-est de Laelith. Puis, partir à la chasse à la zyglute sauvage dans les marécages, puis revenir en protégeant ses stupides bestioles des loups et des orks du coin, dont le prêtre vient de décréter que « manger de la zyglute rendait plus virile ». Enfin, quand tout cela sera finit, il faudra transporter l’ultime cargaison d’œufs de zyglute jusqu’à Laelith. Ce qui serait assez facile si un concurrent déloyal n’avait pas engagé trois roublards pour saboter le convoi durant le voyage ou sur les quais.

Un chat en danger ! Fifreline paraît préoccupé depuis deux jours et elle est épuisée, sans qu’on puisse savoir pourquoi. Finalement elle revient un matin en titubant, fiévreuse, et tenant à peine sur ses jambes. Puis elle éclate en sanglot.
Elle avoue à Karla que son chat a disparu et qu’elle le cherche désespérément depuis deux jours. Elle a peur qu’il ait été enlevé par les adorateurs du Rat Cornu qui, durant ce mois, traque tous les chats noirs pour les sacrifier à leur dieu. Les joueurs se mettront-ils en quête du chat, bien reconnaissable grâce à son collier de cuir rouge et à ses grands yeux d’or ? Certainement ! Elle croit l’avoir perdu dans les Jardins du Dénuement, proche du Lazaret. Les joueurs risquent donc d’être confronté, au fil de leurs informateurs, des rumeurs et des ennuis classiques de ce bidonville, aux adorateurs du Rat Cornu. Mais aussi à la bande des Fourreurs qui traquent les animaux errants pour refourguer leur peau aux tailleurs et maroquiniers. A Grömbal un demi-ogre fou se prenant pour un paladin et ayant pure certitude que tous les chats noirs hébergent des démons. Aux receleurs de chats noirs qui les revendent aux sorcières et rebouteux de la Terrasse du Châtiment, etc, etc, etc…
Ils risquent aussi de croiser la route d’un Heinion mécontent de lui-même car se mettant à la recherche de « l’abruti de chat d’une gamine débile et chialeuse ».
Heureuse depuis qu’elle a trouvé la protection de Heinion et celle du Dragon Rouge, elle vadrouille ici et là, mi-saltimbanque, mi-tire-laine, dépensant le peu d’argent qu’elle trouve en colifichet, ou le partageant avec quelques gamins des rues. Tête en l’air, un peu paumée, elle n’en possède pas moins un solide bon sens et sait discerner les moments où il est temps de fuir ou d’éviter les ennuis. Elle aime beaucoup Karl mais a parfois du mal à supporter son côté maternel dans la mesure où elle-même a du se débrouiller seule très jeune. Quand elle prend un moment pour réfléchir, elle se demande parfois si elle ne devrait pas se lancer dans les aventures qu’elle a si souvent entendu conter…
Par contre, malgré son âge, elle n’éprouve aucun désir amoureux ou sexuel. C’est quelque chose qu’elle regarde d’un œil très extérieur et qui lui semble bien trop compliqué. Depuis peu elle s’est tout de même rendu compte qu’Efraï (un jeune demi-elfe avec qui elle s’est serrée les coudes quand ils étaient petits et livrés à eux-mêmes) s’intéressait bien différemment à elle. Elle trouve ça dommage de se gâcher la vie pour des choses aussi bêtes que l’amour ou de se frotter l’un contre l’autre. Heinion, qu’elle considère comme un grand frère, l’emploi souvent comme messagère, et elle est très fière de pouvoir rendre service à un si grand et si impressionnant guerrier. Enfin l’un de ses plus grands plaisir est de piquer une tête dans le Lac Altalith. Elle possède aussi un petit chat noir, nommé Prince, qu’elle adore.
« C’est bête ce que vous faîtes ! »
« Je vais aux Jardins Supérieurs voir les étoiles. Vous voulez venir, c’est trop joli ! »
« Je me suis trouvé une nouvelle bague, elle est chouette non ? »

Jonas Hendrixson Dowland

Le cheveu noir de jais, l’œil vif, les gestes exaltés et le verbe haut, Jonas ne passe jamais inaperçu. Extraverti, doté d’un amour-propre sans borne, Jonas est persuadé d’être le plus grand artiste de Laelith. Qui plus est, sûr de son irrésistible charme il n’hésite pas à tenter de séduire toutes les jolies humanoïdes de moins d’un mètre soixante (il garde d’ailleurs un souvenir très douloureux d’une félys qui lui laboura le dos).
Sa passion pour lui-même n’est dépassée que par sa passion pour la musique. Disposant d’une connaissance exhaustive de l’histoire de la musique et de l’oreille absolue, il tente de dépasser les limites classique ; Ainsi il a fait fabriquer des cordes de fer par Maître Ikniv, qu’il a installé sur son luth, et a créé des compositions expérimentales à base de riff qu’il effectue avec sa bague de fer. De même il s’est créé une sorte de psaltérion géant où les cordes doivent être écrasé à coup de marteau pour dégager un son puissant qui en révulse plus d’un.
Autant dire que sa musique à reçu un accueil plus que mitigé. Orgueilleux comme il l’est, il s’est alors mis a insulter et dénigrer ses confrères Chantfèvre et a même croisé le fer avec certains d’entre eux, avec des succès tout aussi mitigés (car, bien sûr, il a aussi des prétentions en matière d’escrime capable d’expliquer à un guerrier vétéran les vraies manières de se battre…). Chassé de toutes les guildes de Chantfèvre de la ville, il ne s’est pas remis en question, les considérant tous maintenant comme de sombres académiciens poussiéreux, séniles et minables. Malgré tous ses défauts, Jonas reste toutefois un personnage dont l’exubérance, la chaleur, la verve et la jovialité font de lui un compagnon agréable tant qu’on ne parle pas musique.
Très sensible à la flatterie il se considérera aussi comme le meilleur ami de tous ceux qui loueraient son art, et en amitié, il est capable de tout, et comme par ailleurs, il n’a pas froid aux yeux… Ce n’est pas le genre à vous laisser seul si vous voyez se diriger vers vous une demi-douzaine d’ogres (après, dire qu’il sera utile, c’est une autre paire de manche), ni a vous laisser aux portes d’un bon restaurant pour causes pécuniaires (même si lui-même est généralement sans le sou).
Pour l’heure, il s’est entiché d’une chanteuse, Valdania, première voix d’une compagnie du matriarcat d’Olizya et se meurt d’amour pour elle. Manque de chance pour lui, celle-ci a une nette préférence pour les amours saphiques et sa compagne, une guerrière, est plutôt jalouse.
Concernant sa musique, vous pouvez vous inspirer d’une version trash de John Dowland.
Il a parfois fait quelques spectacles en compagnie de la jeune Fifreline qui faisait des cabrioles aux rythmes de la musique et l’accompagnait à la flûte, et il a la petite à la bonne, tous comme Knut et Karla qui l’ont nourris plusieurs fois où il avait la faim au ventre et pas une pièce en poche.

Ikniv Odranoél
Maître Ikniv est le propriétaire du Marteau qui Chante, une grande forge située à la Terrasse de la Main qui Travaille. Nain et laelithien de pure souche, il s’est lié d’amitié avec Knut dont il a découvert l’auberge dès son ouverture. Il en a apprécié la très bonne chair et les bières savoureuses, de même qu’il a pu avoir quelques discussions fort intéressantes avec son congénère. Car bien que se sentant intellectuellement supérieur, il est très intéressé par l’expérience pratique du taulier en matière de combat.
Veuf, il a cru même, à un moment, tomber amoureux de Karla, mais a vite du se rendre à l’évidence que cet amour était sans espoir de retour et contraire à son amitié pour Knut. Aussi a-t-il finalement tiré un trait sur cette histoire, non sans regret. (Voir la description plus détaillée d’Ikniv dans l’article « la forge du Marteau qui Chante »).

Quand Knut vous parle des bières


« Alors, je peux vous proposer de la Tueuse d’elfe, une petite bière blonde parfumée et faiblement alcoolisée, qui conviendra parfaitement aux jeunes filles.
La Mule du mineur, une bière de seigle, noir et bien épaisse, tire un peu mais elle est  goûtue, parfaite pour accompagner les viandes en sauces. On a aussi la Froide de Krarth, une bière blanche servie glacée qui désaltère bien, parfaite avec l’omelette dragon rouge, ça éteindra le feu. Z’avez aussi, la Golden Drak, une bière blonde et forte, double fermentation. Celle-là c’est pour les couillus, les vrais, tire à 18 degrés. Bien sur, on la sert qu’en chope celle-là, parce que comprenez bien que c’est réservé à l’élite.
Si vous aimez l’exotisme sinon, on a une ambrée, la Sainte-Oiseau de Feu. C’t’un prêtre qui venait de la Citée d’Airain qui m’a donné la recette. Elle est très parfumée, avec un mélange d’épices dont vous me direz des nouvelles. Enfin bon, celle-là c’est pour les vrais amateurs.
Y’a aussi la Double-hache du Nord ! celle-là c’est l’une des mes préférées, une bière brune, un peu amère et bien longue en bouche. Elle a du corps. Hé ! Hé ! Et puis elle vous en donne. Si vous avez quelques problèmes à avoir la barre, si vous voyez ce que je veux dire, celle-là vous en donnera, et c’est votre épouse qui vous en remerciera. Bon, y’en a encore une vingtaine d’autres, mais peut-être qu’y en a déjà une qui vous plait, non ? Sinon, la spéciale dégustation, c’est possible, La toise de Knut, trente galopins, à boire dans l’ordre, questions d’arômes, avec quinze bières différentes ».

Caractéristiques


KNUT MUT          
Nain, 210 ans, CB, Barbare 14
For 13, Dex 9, Con 18, Int 10, Sag 9, Cha 11
Les bonus/malus d’âge sont compris, soit –3 en For, Dex, Con et +2 en Int, Sag et Cha
JS : Vig +13, Réf +3, Vol +3       
BBA : +14/+9/+4, PdV : 144
Dons : Déplacement accéléré, illettrisme, rage (4/jour), esquive instinctive, Sens des pièges (+4), réduction de dégâts (3/-), esquive instinctive supérieure, rage de grand berserker, Volonté indomptable, Attaque en puissance, Arme de prédilection : grande hache, Attaque sauté, Spécialisation martiale (hache à deux mains),  Science du combat à mains nues, talent (Artisanat : Brasserie)
Compétences : Artisanat (Brasserie) (Int) +15, Escalade (For) +4, Intimidation (Cha) +10, Saut (For) +10, Survie (Sag) +5, Profession (Aubergiste) +4, représentation (Narration) (Cha) +3
Equipement :Hache à eux mains +3, tueuse de dragon, Bracelet de défense (+2 à la CA),Gilet, Brassières et  guêtres en cuir de dragon (CA +5), Arbalète lourde à double fut, Amulette de lave ( Procure à son porteur ½ dégâts face aux dégâts du feu).

KARLA BUNDI         
Naine, 180 ans, NB, Expert 3
For 11, Dex 12, Con 15, Int 13, Sag 15, Cha 15
JS : Vig +3, Réf +2, Vol +5   
BBA : +1, PdV : 19
Dons : Talent (Cuisine), Science du critique (Rouleau à pâtisserie)
Compétences : Artisanat (Pâtisserie) (Int) +9, Connaissance (Folklore) (int) +6, Renseignement (Cha) +4, Profession (Cuisinier) (Sag) +9, Premiers secours (Sag) +6, Diplomatie (Cha) +6 , Profession (Herboriste) (Sag)
Equipement : Tablier portant en rune naine l’inscription « La reine de Knut » et son blason « Echiqueté d’or et de sable à la zyglute sinople », Deux couteaux de cuisine et un rouleau à pâtisserie.

HEINION LE TACITURNE    
Humain, 32 ans, LN, Guerrier 6, Roublard 5
For 14, Dex 16, Con 16, Int 14, Sag 13, Cha 7
JS : Vig +9, Réf +9, Vol +4       
BBA : +9/+4, PdV : 87
Dons : Attaque sournoise (+3d6), recherche des pièges, esquive totale, esquive instinctive, Maîtrise : Bolas, Maîtrise : Chaîne cloutée,  Sixième sens, Maîtrise : Arbalète légère à répétitions, Rechargement rapide : Arbalète à répétitions, Arme en main, Combat à deux armes, Coupe-jarret, Course
Compétences : Acrobaties (Dex) +5, Artisanat ( Fabrication d’arbalète) (Int) +2, Bluff (Cha) +5, Connaissances (folklore local) (Int) +5, Crochetage (Dex) +5, Déplacement silencieux (Dex) +5, Désamorçage/sabotage (Int) +2, Détection (Sag) +5, Discrétion (Dex) +5, Équilibre (Dex) +2, Escalade (For) +2, Escamotage (Dex) +2, Évasion (Dex) +2, Fouille (Int) +5, Intimidation (Cha) +14, Maîtrise des cordes (Dex) +10, Natation (For) +2, Perception auditive (Sag) +5,  Psychologie (Sag) +5, Renseignements (Cha) +14, Saut (For) +2
Equipement : Chaîne clouté de maître, Paire de Bolas, Filet, Dards de maître (5), Une dague +2, Deux dagues normales, Un stylet d’assassin de maître, Une épée courte +2, Un croche-ogre de maître, Une arbalète légère à répétitions, Deux arbalètes de poings à déploiement, Bottes à lames, Une rondache +1, Armure de cuir clouté +2, Poison de sommeil, Pot fumigène, Noir de fumée, Griffes d’escalade, cordes, Carreaux assommants, Carreaux barbelés, Carreaux classique, Matériel de crochetage, Chaufferette, lampe de poing, grappin… Heinion s’équipera toujours au mieux en fonctions de sa cible et du style de combat connu de celle-ci ou de la manière dont lui prévoit la capture.

IKNIV ODRANOEL        
Nain, 187 ans, LN, Expert 8
For 12, Dex 15, Con 12, Int 14, Sag 10, Cha 11
JS : Vig +3, Réf +4, Vol +6       
BBA : +6/+1, PdV : 36
Dons : Talent (Fabrication d’armes), Maîtrise : Arbalète lourde, Prestige
Compétences :88 Artisanat (Fabrications d’armes) +15, Artisanat (fabrications d’armures) (Int) +11, Artisanat (Mécanique) (Int) +11, Artisanat (Alchimie) (Int) +5, Artisanat (Métallurgie) (Int) +7, Connaissance (Ingé/ arch) (Int) +5, Connaissance (Folklore locale) (Int) +10, Désamorçage/sabotage (Int) +5, Diplomatie (Cha) +5, Estimation +10, Utilisation d’objets magiques +2
Equipement : Marteau de forgeron +2 (equi. Marteau de guerre D8, 20- X3), Anneau de Bon génie (Ikniv a utilisé de temps à autre cet anneau qu’il a obtenu il y a fort longtemps, laissé en gage pour un très grosse commande d’un paladin qui n’est jamais revenu), Bracelets de cuir piqueté de clous de mithril, Collier constitué de maillons de différents métaux et alliages, Vêtements de bourgeois ou tablier de cuir dans son atelier.

JONAS HENDRIXSON DOWLAND   
Nain, CN, Troubadour 4
For 12, Dex 15, Con 14, Int 14, Sag 12, Cha 15
JS : Vig +3, Réf +6, Vol +6       
BBA : +3, PdV : 38
Dons : Contre-chant, fascination, inspiration vaillante (+1), musique de barde, savoir bardique, Inspiration talentueuse,  Talent (Représentation : Musique), Science du combat à deux armes
Compétences : Art de la magie (Int) +1, Artisanat (Lutherie) +7, Bluff (Cha) +5, Concentration (Con) +1, Connaissances (Histoire de la musique) (Int) +7, Équilibre (Dex) +5, Perception auditive (Sag) +7, Renseignements (Cha) +5, Représentation (Musique) (Cha) +7, Représentation (Chant) (Cha) +5, Représentation (poésie) (Cha) +6
Equipement : rapière, dague, luth à corde d’acier, luth douze cordes de maître, psaltérion géant, mandoline de maître, marteaux musicaux, cymbales, habits extravagants et généralement pas un sou vaillant en poche.

FIFRELINE:
Humaine, 17 ans, CB, Roublard 3
For 7, Dex 18, Con 11, Int 13, Sag 15, Cha 16
JS : Vig +1, Réf +7, Vol +3       
BBA : +2, PdV : 10
Dons : Vélocité, Voltigeur, Course
Compétences : 54 Acrobaties (Dex) +5,  Bluff (Cha) +2, Connaissances (folklore local) (Int) +2, Crochetage (Dex) +2, Déplacement silencieux (Dex) +5, Détection (Sag) +1, Discrétion (Dex) +2, Équilibre (Dex) +5, Escalade (For) +2, Escamotage (Dex) +6, Évasion (Dex) +4, Fouille (Int) +2, Natation (For) +5, Perception auditive (Sag) +2, Renseignements (Cha) +2, Représentation (Danse) +5, Saut (For) +2 Equipement : un chat (Prince), Vêtements bariolés, Deux dards de lancer, une dague, des balles de jongleur, des torches de jonglages, une corde, quelques petits bijoux de peu de valeurs, une grande ceinture en soie, bourse de poivre, potion d’invisibilité pour les animaux.

Assassin Novice type
Roublard 2, Humain
BBA : +4 avec Dague 1D4 +2 + poison, PdV : 12, CA : 15,
Dons : Attaque sournoise (+1d6), Discret, Arme de prédilection : dague
Compétences : Déplacement silencieux +7, discrétion +7, Acrobatie +7

 

Texte d’Antoine Desroches.
Toute reproduction totale et partielle est soumise à l'accord de son auteur.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site